Guillaume de Nogaret
Seigneur de Manduel        



 

1260 Date présumée de la naissance de Guillaume de Nogaret, à Saint Felix de Camaran, près de Toulouse.

Philippe le Bel monte sur le Trône.

1287 Date présumée du début de la carrière de guillaume comme professeur de droit à Montpellier.
1290 Il devient tuteur des enfants mineurs de Raymond Gros, changeur de Montpellier.
1291 Juin: il achète une maison à Montpellier.
Octobre: il acquiert jouissance perpétuelle du "mas" de Tamarlet, près de Marsillagues (Hérault).
1294 Nommé juge-mage de la Sénéchaussée de Beaucaire.
1295 Nommé conseiller du Roi au Parlement.
1299 Anobli avec le titre de "Chevalier ès Lois".
1302 Devient Seigneur de Tamarlet.
1303 7 septembre: dirige l'attentat d'Anagni contre le pape Boniface VIII (tentative d'enlèvement).

9 Septembre: est excommunié.

1304 Juillet: le roi l'établit Seigneur de Marsillargues.

27 Juillet: le roi l'établit Seigneur de Calvisson et de Vaunage (Gard).

18 mai: le roi lui donna la haute et basse justice des terres de Tamarlet, de Manduel, de Sainte-Marie, de Lésignan, de Redessan etc…

1307 22 septembre: nommé Garde du Sceau Royal.

13 octobre: arrête lui-même Jacques de Molay, Grand Maître des Templiers.

1308 Assiste aux Etats Généraux avec la procuration de huit des principaux seigneurs du Languedoc.

Fait reconstruire le château de Marsillagues. Achète de nombreuses propriétés dans les environs de cette ville.

1310 Février: échange sa maison de Montpellier contre la "grange" de Livières, près de Calvisson. Il devient le principal Seigneur de toute la campagne qui s'étend depuis Nîmes jusqu'à la mer et au cours inférieur du Vidourle.
1311 27 avril: relevé de l'excommunication par le pape Clément V. Pénitence: pèlerinage en Terre Sainte, sept pèlerinages en France et un autre à Saint-Jacques de Compostelle.
1313 Avril: il meurt à Paris. C'est son fils cadet Guillaume II qui hérite de la Seigneurie de Manduel.
28 Mai: plainte des consuls de Nîmes accusant Nogaret d'avoir empiété sur les droits du roi et gravement lésé leurs privilèges par les nouvelles coutumes qu'il levait dans sa baronnie de Manduel.
1314 18 mars: Le Grand Maître des Templiers, Jacques de Molay et Geoffroy de Charnay sont brûlés vifs à Paris.

 

 

 

Trois familles substituées: Apchier, Murat, Louet lui succèdent péniblement au milieu des troubles qui accompagnent la guerre de 100 ans, et au moment où s'affirme, se développe et s'applique aux biens jadis concédés par les rois le principe de l'inaliénabilité du domaine royal.

De cette étude généalogique sur les descendants de Guillaume de Nogaret et leurs alliances, deux faits historiques de quelque importance peuvent être plus particulièrement dégagés:

Lorsque s'achève en 13276 la première "captivité de Babylone" avec le premier séjour des papes en Avignon, le petit-fils de Guillaume de Nogaret est le beau-frère du pape.

S'il pouvait y avoir, pour une conscience délicate, quelque scrupule à détenir dans son patrimoine le fruit des largesses royales qui avaient récompensé l'expédition d'Anagni, la paix lui peut être rendue, à la pensée que Raymond d'Apchier, qui reçut en 1377 ce patrimoine, le rachetait en quelque sorte en participant au retour dans Rome du 8° successeur de Boniface VIII.
 
 

Louis Thoms 1924 Héritage de Guillaume de Nogaret  

 
 
 

Après sa mort la sauvegarde royale fut accordée à ses fils par Louis X le Hutin au mois de Juin 1315 et confirmée au mois d'Avril 1320 par Philippe V le Long.
… la seigneurie créée du lent et méthodique effort de Guillaume de Nogaret pour joindre et ordonner en un seul organisme cohérent ses acquisitions propres et l'assise devenue l'une des plus importantes du diocèse de Nîmes et de la sénéchaussée de Beaucaire, a duré jusqu'à la Révolution, donnant sous le titre de "Baronnie de Calvisson" à celui qui en est le Seigneur l'entrée aux Etats du Languedoc. Mais cette "Baronnie" n'a durée et ne s'est maintenue qu'après bien des traverses: la famille issue de Guillaume de Nogaret qui grandit par ses alliances, ses services et sa fortune pendant trois générations, s'éteint brusquement et disparaît dès la 2° moitié du XIV°s.

 

A la veille de 1789, Anne Joseph de Louet de Nogaret de Murat était Marquis de Calvisson et Baron de Manduel.

 


La suite et une autre suite


 

liaison par mail

Retour